Nous remontons à Nicolas I GAILLARD né en 1610 à Laignelet, qui épouse Guiilonne LORY, née en 1620. Ils ont 4 enfants :

 

 

Jacques GAILLARD

 

Négociant

Né à Fougères le 1er novembre 1644 et décédé en cette même ville le 7 août 1710

épouse le 19 avril 1668 Jeanne Prodhomme, fille d’Eusèbe PRODHOMME, sieur de la Chararie, et de Jeanne Tropée, dame de la Bouexière. De cette union sont nés à Fougères (35) :

o       Jacques, né le 15 janvier 1670

o       Nicolas II, né le 10 mai 1672, qui suit

o       Armelle, dame de La Chararie, née en 1673 et décédée en 1744 à Fougères

o       Jean GAILLARD de LA BOUEXIERE, né le 28 mars 1676, décédé le 6 août 1759 à Paris, Seigneur de la Bouëxière et de Gagny, Secrétaire du roi en 1719, Fermier Général. Il avait pour résidence principale l'hôtel Gaillard de La Bouëxière, place Vendôme. Il épouse en 1700 Catherine Coupart de La Blotterie, qui lui donne 9 enfants constituant la branche GAILLARD de LA BOUEXIERE

o       François GAILLARD de LA FLEURIES, né en 1677 et disparu en mer en 1708

o       Anne, née en 1678 et décédée en 1699, âgée de 21 ans.

o       Jeanne, née en 1680

A la mort de sa belle-mère, il hérite de la terre et seigneurie de La Bouëxière qu’il transmit plus tard à son fils Jean.

 


Nicolas II GAILLARD

 

Négociant à Saint-Malo[1] où son père l’avait envoyé à 18 ans pour qu’il apprenne le commerce.

Né le 10 mai 1672 à Fougères et décédé le 9 mars 1731 à Saint-Malo

épouse le 1er septembre 1701 à Saint-Malo, Marthe-Bernardine du Verger, née le 10 septembre 1681 à Saint-Malo, décédée le 27 janvier 1722 à Saint-Malo, fille de Nicolas du VERGER, capitaine corsaire[2], né le 24 juillet 1649 à Saint-Malo et décédé le 12 juillet 1713 à Saint-Malo, et de Marthe du Puy, née en 1648 à Orléans et décédée le 20 mars 1733 à Saint-Malo. De cette union sont nés :

o       Marthe, née le 24 juin 1702 et décédée le 21 février 1703 à Saint-Malo, à  l’âge d’un an.

o       Nicolas III, né le 24 août 1703, qui suit

o       Marthe, née le 10 novembre 1704, décédée le 16 janvier 1777 à Caen, religieuse à l’abbaye royale de la Sainte-Trinité à Caen.

o       René-Bernard de GAILLARD de FROUSINS, seigneur de Frousins, capitoul (= magistrat municipal de Toulouse), né le 23 novembre 1705, décédé en 1760 à Toulouse, épouse le 28 février 1741 à Toulouse, Marie-Claire d’Agède, née en 1720 à Toulouse, décédée en 1811, fille de Jean-Louis d’AGEDE (1690-1741), écuyer, capitoul, et de  Marie de Segla, issue d’une famille ancienne de Toulouse. De cette union sont nés 10 enfants constituant la branche GAILLARD de FROUSINS.

o       Servan-Guillaume, né le 11 mars 1707 et décédé le 21 décembre de la même année.

o       Olive, née le 6 mai 1708 et décédée le 3 décembre 1720 à Saint-Malo, âgé de 12 ans

o       Jeanne, née le 21 août 1709, décédée le 15 mai 1731 alors qu’elle s’apprêtait à rentrer comme religieuse aux ursulines de Sain-Malo

o       Marie, née le 4 décembre 1710 et décédée l’année suivante à Saint-Malo

o       Anne, née le 9 mars 1712

o       Hélène-Olive, née le 28 octobre 1713, épouse le 27 septembre 1735 à Rouen,  Jean-Louis-Jacques LANDRY de DORIGNY, seigneur de Dorigny, né 22 janvier 1702 à Rouen, décédé le 26 septembre 1763 à Rouen. De cette union naitront 7 enfants.

o       Marie-Madeleine GAILLARD de BEAUMANOIR, née le 12 novembre 1714, décédée le 8 mars 1758 à Caen où elle était religieuse à l’abbaye royale de la Sainte-Trinité.

o       Jacques, né le 17 mars 1717 et décédé à Rouen où il était chanaoine à la cathédrale.

o       Jean, né le 16 juin 1718 et décédé 2 jours plus tard.

o       Jean-Baptiste, né le 24 juin 1720 et décédé 7 jours plus tard.

o       Une fille morte à la naissance.

 


Nicolas III GAILLARD

 

 

 

Anobli en 1740 par charge de conseiller-secrétaire du Roi, Maison Couronne de France, audiencier en la Chancellerie au Parlement de Rouen, charge qu’il occupa jusqu’à sa mort.

 

Né le 24 août1703 à Saint-Malo, décédé le 16 juillet 1769 à Rouen

épouse le 22 mars 1740 à Rouen, Marie-Anne-Rose Le Coulteux des Aubris, née le 1er mars 1723 à Rouen, fille de Jean-Etienne Le COULTEUX des AUBRIS, doyen des juges consuls et échevins de Rouen, né le 5 juillet 1669 à Paris, décédé le 6 mars 1757 à Rouen, et de Marie-Françoise du Ru (1685-1752). De cette union est né :

o       Etienne, né le 21 janvier 1748, qui suit.

 

 


Etienne GAILLARD de SAINT-GERMAIN

 

 

Seigneur de Saint-Germain La Poterie, Fermier général, il fera l’acquisition de la manufacture du Becquet afin d’y fabriquer de la couperose verte.

 

Né le 21 janvier 1748 à Rouen, décédé en 1812 à Saint-Germain La Poterie

Epouse le 21 février 1775 à Paris, Geneviève-Rose Vieillard, née le 9 juillet 1759 à Paris, décédée le 39 janvier 1839 à Beauvais, fille de Olivier-Clément VIEILLARD, écuyer, échevin-conseiller du roi en l’hôtel de ville, issu d’une ancienne famille de la noblesse de robe, et de Marie-Rose Chastelain. De cette union est né :

o       Clément, né le 15 septembre 1778, qui suit.

 


Clément GAILLARD de SAINT-GERMAIN

 

 

Industriel dans la couperose verte, il développe la manufacture du Becquet où est fabriquée cette couperose et du sulfate de fer. Habite, avec sa famille, le château du Mailly, hérite du château de Bois-L'Evêque, ayant appartenu à sa grand-mère.

 

Né le 15 septembre 1778 à Paris, décédé 7 février 1838 à Saint-Germain La Poterie

Epouse le 19 février 1805 à Paris, Marie-Anne-Adélaïde Theresse de La Fossée, née le 4 juillet 1782 à Paris, élevée par sa tante Madame de Montmerqué-Desrochais, décédée 7 février 1838 à Saint-Germain La Poterie, fille de Jacques-Emmanuel THERESSE de LA CHAUSSEE, secrétaire et avocat du Conseil du Roi, assassiné en 1789, et de Marie-Victoire Martin de Martinfort (1758-1790). De cette union sont nés :

o       Marie-Clément, né le 13 avril 1806 à Paris, qui suit,

o       Marie, née en 1808 à Paris et décédée la même année.

o       Marie-Madeleine, religieuse au Sacré-Cœur, née le 24 janvier 1809 à Paris  et décédée le 15 septembre 1834.

o       Marie-Charles, chef de bataillon, né le 19 octobre 1810, tué au champ d’honneur en 1844 à Biskra (Algérie).

o       Marie-Angèle, née le 17 juillet 1812 à Saint-Germain la Poterie, décédée le 6 décembre 1828 à Saint-Germain la Poterie, âgée de 16 ans.

o       Marie-Louis, archéologue renommé et musicographe, né 23 février 1816 à Saint-Germain la Poterie, décédé le 15 décembre 1852 à Evreux, épouse en 1842 Antoinette du Bosc de de Vitermont, décédée le 15 avril 1832, qui lui donnera 6 enfants

o       Marie-Elisabeth, née 9 mars 1819 à Saint-Germain la Poterie, décédée en 1893, épouse en 1839 Isidore PERROT de CRAY, propiétaire domicilié à Nîmes, né en 1813

o       Marie-Joseph, né en 1821 et décédé en 1833 à l’âge de 12 ans.

 

 

 


Marie-Clément GAILLARD de SAINT-GERMAIN

 

 

 

Avocat et conseiller général de l’Oise.

 

Né le 13 avril 1806 à Saint-Germain La Poterie , décédé en 1873 à Saint-Germain La Poterie

Epouse en 1833 Geneviève-Eugénie Langlet (1810-1887) qui appartenait à une famille bourgeoise du Beauvaisis. De cette union sont nés :

o       Marie-Geneviève (1834-1907) qui épouse en 1855 François-Ferdinand, baron GEORGES de LEMUD (1825-1874), d’où 6 enfants

o       Marie-Clément, né le 29 juillet 1835, qui suit

o       Marie-Michel, receveur de l’Enregistrement, né en 1836 et décédé en 1901.

o       Charles-Marie, général de brigade (1839-1914), qui épouse Aline de Fallois (1847-1926)

o       Anne-Marie, née le 6 mars 1846 à Beauvais, décédée l e 13 juin 1886 à Beauvais, épouse le 14 février 1868 à Beauvais, Ernest PERRODON, lieutenant-colonel de cavalerie, né le 15 septembre 1839 à Paris, décédé le 29 septembre 1910 à Saint-Germain la Poterie. Anne-Marie héritera de son père du château de Saint-Germain la Poterie.

 


Marie-Clément-Eugène GAILLARD de SAINT-GERMAIN

 

 

 

Lieutenant de chasseur à pied, receveur général des Finances,

 

Né le 29 juillet 1835 à Beauvais, décédé en 1907,

épouse le 18 avril 1868 en Avignon, Louise-Félicité Verger, née le 14 juillet 1845 en Avignon, décédée le 18 octobre 1934 à Saint-Hildevert (Louviers), fille de Joseph VERGER, avocat en Avignon et de Ernestine de Rambaud (1821-1895). De cette union sont nés 10 enfants :

o       Georges (1869-1944), épouse Maria Bona puis Marie Decieur

o       Hermine, infirmière, (1871-1921)

o       Louis (1872-1917), qui suit

o       Lionel (1874-1896)

o       Marie-Ferdinand, chef d’escadrons (1875-1945), épouse en 1913 Marie-Thérèse Mariani (1882-1935) d’où :

§         Guillemette (1915-1958) épouse Philippe RENEVRIER (1912-1944)

§         Roger , officier (1917-1990) épouse en 1948 Nicole des Plas qui lui donne 5 enfants

§         Patrice , lieutenant-colonel (1925-1996) épouse Maïté Diharce-Danner qui lui donne 4 enfants

o       Henri, chef d’escadron (1879-1951), épouse en 1912 Ludovie Laillet de Montule, qui lui donne 2 enfants :

§         Françoise, née en 1913, épouse en 1937 Louis-Albin RAGUENET de SAINT-ALBIN et lui donne 6 enfants.

§         Raymond, général, Grand Croix de l’Ordre National du Mérite, né en 1914, épouse en 1943 Thérèse Becquet de Megille qui lui donne 6 enfants : Béatrice (Mme Patrick Colcomb), Agnès (Mme Benoist Cintrat), Bernard, Ghislaine (55), Isabelle (57) et Régis (61)

o       Arthur, né en 1882

o       Arthur (1883-1921) épouse en 1919 Marie Lacretelle

§         Olivier, né en 1921, porte le titre de comte. De son union avec Marie Doucet, il a eut une fille Helen qui a épousé en 2000 le comte Côme de GRIMAUDET de ROCHEBOUËT

o       Gaston (1884-1915) épouse en 1912 Suzanne Duflot qui lui donne une fille :

§         Marie, née en 1914, épouse en 1935 Dominique TABARD de GRIEGES et lui donne 6 filles.

o       Yvonne (1888-1940), épouse en 1915 René SAINTE-CHAPELLE, tué en 1916, puis en 1934  Michel, marquis HURAULT de VIBRAYE dont elle a un fils, René, né et décédé en 1936.


Louis-Marie-Roger GAILLARD de SAINT-GERMAIN

 

 

 

Né en 1882 à Beauvais, décédé en 1917

épouse en 1907 à Nevers, Florentine Colette (1884-1954), fille de Paul COLETTE et Elisabeth Boulant. De cette union sont nés :

o       Thérèse (1908-1999) épouse en 1931 Hervé LE CORNEC dont 9 enfants

o       Gabrielle née en 1909, épouse en 1937 Jacques PALET (1905-1986)

o       Lionel sous-lieutenant de cavalerie, né en 1911, mort pour la France en 1940

o       Jacques, né en 1913, qui suit

o       Marie-Henriette, née en 1914, épouse en 1941, Gaspard, baron du BOYS et lui donne 4 filles

 


Jean-Paul-Marie-Jacques GAILLARD de SAINT-GERMAIN

 

 

Général de division

 

Né le 23 février 1913 à Vichy, décédé le 2 mai 1987 à Saint-Mandé,

épouse le 9 décembre 1938 à Poitiers, Hélène Sicot née le 12 février 1921 à Saint-Julien l’Ars d’où :

o       Françoise née le 31 octobre 1939 à Poitiers, épouse Marc SOULEZ dont elle a une fille Bénédicte (76)

o       Marguerite née le 18 décembre 1940 à Poitiers épouse Christian TARDY et lui donne 5 enfants : Loïc (65), Stanislas (68), Gwendoline (73), Cédric (76-95) et Céline (79)

o       Jacques, cadre de banque né le 3 juin 1946 à Poitiers, épouse Isabelle de Roquefeuil-Cahuzac, d’où : Bertrand  et Olivier (72), Edouard (78) et Nicolas (80)

o       Jacqueline née le 4 décembre 1947 à Poitiers, épouse Georges-Henri, comte LEFEBVRE de SAINT-GERMAIN dont elle a 4 enfants : Eymeric (76), Erwann (79), Adrien(81) et Amaury (86)

o       Stanislas, colonel de cavalerie, né le 11 janvier 1949 à Willingen (Allemagne) épouse le 14 mars 1981 au château de Bannegon Marie-Antoinette de Bengy des Porches, née le 7 septembre 1949 à Castres, fille d’ Albert, vicomte de BENGY des PORCHES et de Simonne de Bengy de Puyvallée, d’où Marine (81), Enguerran  et Rodolphe (83) et Alban (86)

o       Yann né le 10 mai 1950 à Oberkirch (Allemagne) épouse en 1983 Anne-Geneviève Mantel , d’où Yann (86) et Brune (91)

o       Marie-Françoise (1964-1974)

 

 



[1] Nicolas II et sa femme vécurent à Saint-Malo, au 2 rue de la Harpe, dans un petit hôtel qui avait construit par le cousin de Nicolas et parrain de Michelle Gaillard, Michel Mallet sieur de la Brosserie. Et c'est dans cet hôtel que naquirent tous les enfants de Nicolas et de Marthe-Bernardine du Verger...

Tous deux moururent dans la cité, et furent enterrrés en la cathédrale de Saint-Malo, devant l'autel Saint-François.Aucun de leurs enfants ne restèrent à Saint-Malo; ils s'installèrent pour la plupart en Normandie, à Rouen.

 

[2] Nicolas du verger courut à bord de son vaisseau "le Fidèle", vaisseau de 100 tonneaux, 12 canons et près de 80 hommes. C'était un vaisseau léger, par conséquent rapide, qui permettait au corsaire d'attaquer en un instant les Anglais, sans aucune chance pour ces derniers de s'en tirer. Ses prises furent nombreuses, comme "le Saint-Georges", "le Marchand de Rostagne" et "le Louis".